Pendant la fugue

Dès que vous prenez connaissance du passage à l’acte de fugue d’un jeune, il importe d’appliquer les procédures en vigueur dans votre milieu de travail, sans oublier de vous référer à la Loi de la protection de la jeunesse (LPJ).

Selon l’article 39 de la LPJ :

Tout professionnel qui, par la nature même de sa profession, prodigue des soins ou tout autre forme d’assistance à des enfants et qui, dans l’exercice de sa profession, a un motif raisonnable de croire que la sécurité ou le développement d’un enfant est ou peut être considéré comme compromis au sens de l’article 38 ou au sens de l’article 38.1, est tenu de signaler sans délai la situation au directeur de la protection de la jeunesse; la même obligation incombe à tout employé d’un établissement, à tout enseignant, à toute personne oeuvrant dans un milieu de garde ou à tout policier qui, dans l’exercice de ses fonctions, a un motif raisonnable de croire que la sécurité ou le développement d’un enfant est ou peut être considéré comme compromis au sens de ces dispositions.

Durant la fugue, l’attente de l’appel du jeune est un moment capital, et il importe de vous y préparer. La communication avec le jeune est votre meilleur atout. Cela dit, il ne faut pas oublier que les délais d’appel varient d’un jeune à l’autre. Pour certains, ces délais sont une forme de protection vis-à-vis des adultes puisqu’ils sont conscients que s’ils téléphonent, ces derniers tenteront sans doute de les convaincre de revenir. Par contre, d’autres téléphonent dans un court délai, particulièrement ceux qui vivent un fort sentiment de culpabilité vis-à-vis de la coupure qui s’est opérée. Ainsi, l’appel fait par un jeune en situation de fugue peut viser différents objectifs.

Par ailleurs, la fugue est un moment propice pour amorcer une réflexion sur le sens que le jeune donne à son passage à l’acte de fuguer, ainsi que sur la façon dont il sera accueilli s’il est prévu qu’il revienne dans le milieu dans lequel vous œuvrez. La manière dont sont accueillis les jeunes en retour de fugue a des effets sur leur désir de répéter ou non cet acte. Voici quelques questions pouvant alimenter votre réflexion sur le sujet: Qui est la personne la plus significative pour accueillir le jeune? Quels moyens et quelles attitudes doivent être adoptés vis-à-vis du jeune à son retour?