Après la fugue

« L’intervention lors du retour de fugue est capitale puisque le contexte l’entourant s’avère un des principaux facteurs influençant la répétition ou non du passage à l’acte » (Boisvert, 1985; Association des centres d’accueil du Québec, 1991 in Fredette et Plante, 2004) . Si la fugue représente une expérience positive, si leur retour est involontaire, s’ils sont toujours à l’étape de la « lune de miel » (Fredette et Plante, 2004, p.41), si leur situation n’a pas changé et si leurs besoins ne trouvent toujours pas de réponse, les jeunes risquent de quitter de nouveau leur milieu de garde.

L’accompagnement des jeunes en retour de fugue vise donc la compréhension du sens de cet acte dans leur vie. Il ne s’agit pas d’enquêter sur les activités, les lieux et les individus connus par les jeunes lors de leur fugue, mais plutôt de saisir leurs motivations à fuguer.

Par ailleurs, il est nécessaire de respecter le rythme des jeunes lorsque vous abordez ce qu’ils ont vécu pendant la fugue. Certains ont besoin de décompresser, de prendre du recul, car leur expérience n’a pas été nécessairement agréable. S’empresser de les questionner ne favorisera pas leur ouverture. En ce sens, il est plus important de répondre aux besoins de soutien et de sécurité des jeunes, qu’à la nécessité que peuvent ressentir les intervenants de rechercher des informations ou de contrôler la situation. Votre manière d’être avec les jeunes sera donc garante de leur ouverture à partager avec vous ce qu’ils ont vécu durant leur fugue. Les jeunes s’ouvriront s’ils ont confiance et s’ils n’ont pas peur d’être jugés. Les jeunes s’impliqueront dans les démarches s’ils participent au processus de réflexion menant à la recherche de solutions.

L’accompagnement des jeunes repose sur l’authenticité de votre relation avec eux et leur famille, ainsi que sur le respect des droits à l’intégrité, à la dignité et à la vie privée. En ayant confiance tant aux capacités des jeunes qu’à celles de leur entourage vous reconnaissez, d’une part, le droit à l’essai et à l’erreur, et d’autre part, que le fait de prendre des risques fait partie du développement de tout adolescent. Tenter de comprendre, sans jugement ou interprétation personnelle, le sens que prend la fugue pour chacun des jeunes vivant cette situation, peut vous permettre de mieux identifier les malaises auxquels répond la fugue, et de ce fait, les alternatives envisageables pour éviter sa répétition.